Théologie

En quelques mots, l’essentiel de notre compréhension de La Bible sur des questions d’église et de foi.

La Bible

Nous considérons que la Bible est le message que Dieu a donné aux hommes pour se révéler à eux. Nous accordons donc à la Bible une place centrale comme référence pour notre foi et notre conduite. Nous comptons sur l’Esprit Saint de Dieu pour bien la comprendre individuellement et en communauté et nous considérons comme une richesse l’existence de nombreuses traductions : dans leurs nuances, elles nous aident à saisir le sens et l’essence du message de Dieu. Nous ne privilégions aucune traduction en particulier.

 

Le baptême

Dans la Bible, les exemples de baptêmes concernent ceux qui ont entendu la bonne nouvelle de Jésus-Christ*, qui ont reconnu qu’ils vivaient sans tenir compte de Dieu**, qui l’ont regretté sincèrement et qui ont décidé de changer leur mentalité et leur comportement***. Le baptême témoigne publiquement de cette démarche.
Nous concluons qu’il s’agit d’une décision personnelle qui traduit une prise de conscience réfléchie et qui engage toute la vie. C’est pourquoi nous ne baptisons pas les petits enfants.
Sans que la forme du baptême nous paraisse essentielle, nous pratiquons le baptême par immersion (la personne est plongée tout entière dans un baptistère) après que l’intéressé a déclaré sa foi et sa décision devant toute l’assemblée des croyants réunis lors d’un culte de fête.

* Le mot évangile signifie bonne nouvelle. Ce mot est utilisé pour désigner les quatre premiers livres du Nouveau Testament (deuxième partie de la Bible) parce que leur message principal est l’annonce que Jésus-Christ nous offre le pardon de nos fautes.

Évangile de Jean Chapitre 3, versets 16 et 17: Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

** Vivre sans tenir compte de Dieu, c’est-à-dire comme s’il n’existait pas, comme s’il n’y avait pas lieu de l’écouter pour conduire notre vie, comme si nous étions notre seul maître… Cette situation nous sépare de Dieu et s’appelle, dans la Bible, le péché. C’est cette séparation pendant notre vie terrestre qui nous condamne à vivre un châtiment éternel. C’est cette condamnation que Jésus-Christ efface par son sacrifice, si nous reconnaissons notre situation de pécheur.

Épître de Paul aux Romains chapitre 8, verset 1 : Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.

*** Changer de mentalité et de comportement: c’est le sens premier du mot repentance. La prise de conscience de notre séparation d’avec Dieu, et l’acceptation du salut offert par Jésus-Christ, s’accompagnent de changements intérieurs visibles par tous. La plus grande « guérison » intérieure apportée par la repentance, porte très certainement sur notre capacité à nous aimer, nous-même, et les uns les autres.

Évangile de Jean chapitre 13, verset 35 : A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.

La cène

Évangile de Mathieu, chapitre 26, versets 26 et 27 : Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous.

La cène, souvenir du sacrifice volontaire de Jésus-Christ sur la croix est représentée par du pain (symbole du corps de Jésus) et du vin (symbole de son sang) partagés entre les croyants réunis pour le culte. Ce signe institué par Jésus-Christ lui-même rappelle et témoigne de sa mort et de sa résurrection. Ce partage est un temps fort de communion fraternelle, solennel et sérieux sans être triste, auquel sont invités tous ceux pour qui la mort et la résurrection de Jésus-Christ sont une réalité. La réponse à cette invitation est de la responsabilité personnelle. Nos visiteurs peuvent participer librement à la cène.

Dans la pratique, des paniers avec du pain et des gobelets de vin ou de jus de raisin sont passés de mains en mains, dans les rangs. Nous avons pour habitude de partager la cène le premier dimanche du mois et à quelques autres occasions.

1ère Epître de Paul aux Corinthiens, chapitre 11, verset 28 : Que chacun donc s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe.

L’Eglise, l’église

L’Eglise universelle, est l’ensemble des personnes, de tous temps, et de tous lieux, qui ont compris et accepté que le sacrifice de Jésus-Christ est le seul moyen pour être réconcilié et accepté par Dieu. L’engagement chrétien appelle sans équivoque à rendre un culte à Dieu* et à vivre la communion fraternelle par des actes concrets de solidarité. Ceci se vit au quotidien, bien entendu, mais s’exprime aussi d’une manière particulière en église, une fois par semaine au cours du culte.

L’église locale, est le lieu de rassemblement d’un groupe de chrétiens partageant certaines particularités : Les premiers groupes de chrétiens mentionnés dans la Bible avaient en commun le salut en Jésus-Christ, mais se distinguaient par bien des aspects sur leur pratique du culte. Nous croyons que la diversité des communautés est une richesse. Elle permet à tout individu, unique, de trouver un groupe de chrétiens où il se sent à l’aise, selon sa propre sensibilité.

Le respect mutuel, les bonnes relations et les actions ponctuelles communes sont alors possibles entre communautés chrétiennes d’une même région.

Dans la région de Montbéliard, la diversité des communautés chrétiennes est grande. Elle n’empêche pas de mener des actions communes : annonce de l’évangile et actions de solidarité auprès des plus pauvres.

*Rendre un culte à Dieu : Louer Dieu par le chant, la musique, la prière d’adoration, mais aussi de repentance ou de supplication. Lire la Bible et mettre en pratique son enseignement. Trouver du soutien dans la peine et partager nos joies avec les frères et sœurs en Jésus-Christ.

 

Complément : Confession de foi de l’AEEMF (Association des Eglises Evangéliques Mennonites)
Pour poser une question, contactez-nous, on essaiera de vous répondre très rapidement.